Pierre-Louis POIRET Artiste Peintre

Parcours - L'Atelier


Pierre Louis POIRET et France CHATRIOT

 

Il y a deux façons d'être malheureux soit on n'a pas ce que l'on désire et alors on croit souffrir d'un manque, soit on obtient ce que l'on veut et, à ce moment là on n'en a plus le désir. C'est le deuxième qui est le vrai discours. Ne pas obtenir ce que l'on recherche reste la vraie salutation, on savoure ce vers quoi on approche sans la possession. Un beau paysage qui nous réjouit nous procure sans qu'on le possède, réellement ses formes de jouissance il nous évite de passer du désir à l'ennui nous dit Schopenhauer. Aussi dans le travail de la peinture, est-il important pour moi de reculer les limites jusqu'à l'infaisable. D'accumuler toutes les difficultés possibles, sans me contenter de petits faux-semblants de truc mal ficelés, mal teints avec beaucoup de coulures pour faire "moderne". Cela m'intéresse plus de vaincre des difficultés que de me contenter d'effets faciles empruntés il y a longtemps à d'autres. Un critique dit à mon propos, "Il n'a pas reçu les stigmates de la mode".

Pierre Louis POIRET


Pierre Louis POIRET entouré de ses oeuvres

 

 

Fasciné par l'aventure scientifique qui le conduit à explorer les confins du cosmos et les profondeurs de la matière, Pierre Louis POIRET se plaît dans les détournements, la citation, le clin d'oeil... Il bricole avec les idées comme avec les matériaux. Son goût de l'érudition et son insatiable curiosité le mènent à détourner les oeuvres célèbres comme il détourne les objets. C'est sa manière de jouer avec les plus grands sans céder à la prétention de se prendre au sérieux et d'exprimer son admiration sans se laisser paralyser par sa capacité sans fin à l'émerveillement. Qu'il dialogue avec Baudelaire, Verlaine ou les extra-terrestres, qu'il invente la toile d'araignée cosmique avant le web, qu'il nous ouvre, dans un rai de lumière, son grenier métaphysique, c'est toujours en se jouant de lui-même et des autres qu'il assemble les idées et les objets les plus hétéroclites.


Pierre Louis POIRET signant un tableau pour l'exposition des Minimes

 

La couleur éclate, omniprésente, souveraine. Vingt-cinq années de peinture vigoureuse, généreuse, un rien païenne, qui contient toute la joie de vivre de Pierre Louis POIRET... En vingt-cinq ans, bien sûr, elle a évolué, mais elle est restée figurative tout en se teintant de surréalisme. En 1953, lorsqu'après une première exposition à Compiègne il débuta dans les galeries de Saint-Germain, Hérat, le Critique qui avait lancé Bernard Buffet, faisait sur Pierre Louis POIRET et sa peinture des "papiers" dithyrambiques ! Enfin, disait-il, "voilà un jeune peintre de grand talent qui n'est ni un sous-Buffet, ni un sous Grüber, ni un sous-Picasso"... La rigueur de son trait, Pierre Louis POIRET la doit sans doute un peu à trois années de dessin publicitaire (il fallait bien vivre...) et d'ombre, à une école de photo. A la suite de plusieurs expositions parisiennes, en 1956, 1957 et 1958, la Ville de Paris, le Musée d'Art Moderne et les Beaux-Arts achetèrent plusieurs de ses oeuvres. Je disais tout à l'heure que la peinture de Pierre Louis POIRET est encore et toujours figurative. Certes. Mais elle tend de plus en plus vers un art subliminal... On est attiré, mais on ne sait pas pourquoi... Ses portraits sont prodigieux. Si différents dans leur forme ! Car, dit-il encore "chaque individu est bien sûr différent d'un autre, mais encore chacun est "plusieurs"... Aussi fait-il, pour une commande de portrait, diverses esquisses, chacune traduisant une facette différente du personnage, tel qu'il le voit, tel qu'il le perçoit. Précise et spontanée, surréaliste, associations de couleurs aux juxtapositions d'éléments, sa prospection est sans limite. Les grands espaces toujours. A conquérir, à maîtriser, à traduire. Pour attirer le regard et le déranger, Pierre Louis POIRET réussit fort bien dans ce domaine. Ses tableaux, dès lors qu'il les expose, ne passent pas inaperçus. Ils sont reconnaissables entre mille. C'est là l'expression de sa science et de son talent.

Texte de présentation - Exposition Toulouse